Aujourd'hui 10 août nous fêtons : Saint Laurent de Rome - Diacre et martyr à (...)

Diocèse de Valence

Facebook
    Vous aimez cet article?
    Partagez le.


    Vous aimez ce site, dites le sur Facebook !
L’assassin court toujours
   

La Une de Charlie avec un dessin montrant un « dieu » avec une kalachnikov choque tous les croyants sincères, à juste titre. La brutalité et le meurtre ne peuvent pas être justifiés par les Écritures sacrées des trois religions monothéistes, les fidèles le savent bien. Mais c’est pourtant l’image qu’elles renvoient à la société française ! Nous pouvons toujours nier la collusion entre pouvoir et communautés religieuses, nous pouvons toujours affirmer que la guerre au nom de Dieu n’est pas possible et n’a rien à voir avec la foi, qu’elle est l’affaire de bandits et d’usurpateurs, rien n’y fait ! Dans l’esprit de nos contemporains, violence et religion sont liées.

Et si nous profitions de cette année de la Miséricorde promulguée par le pape François pour montrer une autre image de Dieu ? Cela est d’autant plus facile que Juifs, Chrétiens et Musulmans partagent cette conception de Dieu : Dieu est miséricordieux. Les psaumes avec lesquels juifs et chrétiens prient en appellent sans cesse à la grande miséricorde de Dieu. À une exception près, toutes les sourates du Coran commencent par « Au nom de Dieu, le Tout miséricorde, le Très miséricordieux ». Si nous mettions ensemble en premier lieu cette miséricorde divine avant le rappel de l’exigence de la loi ? Le cardinal Kasper l’affirme avec force : « Nous ferions mieux de nous taire si nous ne sommes pas en mesure d’apporter ce message de la miséricorde divine aux hommes de notre temps qui se trouvent dans une telle détresse physique et spirituelle » !

Anne-Noëlle Clément
Drôme-Hebdo, 19 janvier 2016






                Hébergement: C.E.F | Suivre la vie du site RSS 2.0 | SPIP